09 novembre 2005

La genèse du film

Dès la rentrée de septembre 2003, un professeur d’un lycée de Saint-Denis (93) proposa à ses collègues enseignants de monter un projet pédagogique autour du Forum Social Européen,qui devait se tenir trois mois plus tard dans leur ville. L’entreprise était un peu folle : Faire réaliser aux lycéens  un quotidien de huit pages pendant toute la durée du rassemblement alter-mondialiste…
J’ai été informé de l’existence du projet une semaine avant son véritable lancement, début novembre. Malgré ce manque de préparation, je proposais spontanément de suivre cette expérience qui me semblait aussi intéressante qu’innovante.
Ce journal me semblait emblématique des liens à établir entre l’école et le monde qui l’entoure. Une expérience permettant une ouverture de l’enseignement sur l’actualité, sur notre société et de ses enjeux.  C’est aussi un vrai travail éducatif développant l’esprit critique vis-à-vis des médias, tout en établissant un intérêt pour ceux-ci. L’objectif, la réalisation d’un journal, n’était qu’un prétexte pour travailler autrement avec les élèves. L’ambition étant de placer les élèves en situation de travailler plus et mieux. La notion de travail en groupe était également intéressante : Le journal est une chaîne où chacun devient maillon, la défaillance d’une personne pouvant mettre en péril tout le processus. C’est donc aussi cette responsabilité individuelle par rapport aux autres qui est encouragée ici.
Sur la notion d’alter-mondialisme, il est aussi intéressant de voir participer les nouvelles générations. Après tout, c’est l’avenir de ces jeunes qui est discuté dans ces forums. Et leur présence doit être encouragé de manière à en comprendre les enjeux, les mécanismes, afin de s’investir de manière positive dans cette société. On pourrait encore prendre la chaîne et le maillon comme métaphore. L’individu se doit de respecter les règles pour que la Terre puisse tourner le mieux possible. Comprendre le fonctionnement de la planète, le rôle de chacun pour « rendre ce monde meilleur »…
L’objectif était de faire travailler les lycéens sur les problématiques du FSE, dont beaucoup entrent parfaitement dans les programmes scolaires, tout en respectant le devoir de neutralité imposé aux agents de l’éducation nationale.
Ce sont donc ces deux aspects , « éduquer autrement »  et « engagement dans la société » qui m’ont interpellés, et qui m’ont donné envie de réaliser ce documentaire. 
Ce départ sur les chapeaux de roue ne m’a posé aucun problème. Et je dirai même que j’ai vécu cela comme un avantage : J’arrivais dans l’inconnu, tout comme d’ailleurs les principaux acteurs du projet : Même si certaines classes étaient un peu préparées sur les thèmes principaux d’un forum social, la vraie mission qui consistait à fabriquer et sortir un journal chaque matin pendant cinq jours démarrait dans une improvisation totale… Quelques journalistes professionnels avaient rejoint l’équipe pour encadrer les élèves. Je me suis donc retrouvé  au lycée Suger, dans une salle de classe transformée pour l’occasion en salle de rédaction. Le tournage s’est fait en caméra DV. J’avais prévu de suivre l’initiative au quotidien. Personne ne pouvait prévoir la réaction des élèves face à la tâche qui les attendait…
Aujourd’hui, le résultat est là. La mission a été accomplie. L’expérience restera  comme l’une des plus belles du FSE 2003.

Posté par jmde à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La genèse du film

Nouveau commentaire